Pêche du 17 avril 2021

Claude entendait par "Mauvais lecteur" l'activité buissonnière qui fait dévier d'une pratique par trop linéaire qui irait quoi qu'il arrive du titre à la dernière page. Avec l'expérience, le lecteur en vient à se laisser envahir par ses passions, laisse flotter son attention, lis en travers, saute des pages.... au point que la mauvaise lecture est une excellente manière de lire !

Nous pouvons mettre à l'épreuve cette règle avec le pêche du 17 avril.

Lorsque Katherine évoque le questionnement de Rovelli sur le temps, nous voyons bien aux échanges sur le Quai avec d'autres lecteurs de cet ouvrage que la réception d'un texte relève d'une incroyable diversité... Quand Florence et Hélène choisissent 2 livres d'un même auteur, n'entendons-nous pas combien elle affecte nos lectrices et les renvoie à leur propre parcours de vie ? En ce qui concerne le roman d’anticipation L'année du lion qui décrit la reconstruction après qu'une pandémie ait décimé une grande partie de la population, c'est la stratégie toujours changeante de Catherine pour nous faire partager sa recherche vers des auteurs étrangers qui apparaît. En ce qui concerne Delphine Horvilleur pour Vivre avec les morts présenté par Chantal ou Les 7 vies du marquis par Véronique, elles nous entraînèrent dans les doutes et les chimères des auteurs si bien que nous n'oserons certainement plus aborder les sujets d'un rabbin ou du divin marquis de Sade avec surplomb... et nous hâter de lire ces ouvrages !

La manière de faire sur la Quai qui consiste à présenter un ouvrage en exprimant un point de vue personnel, ce qui est ressenti à la lecture et le chemin qui a amené jusqu'à lui, est bien autre chose qu'une coquetterie de peudo-critique et les 100 mots de la notice écrits par la présentatrice ou le présentateur n'ont rien à voir avec une 4ème de couverture.

Nous n'en sommes tout de même pas à rebaptiser notre activité le QUAI DES MAUVAIS LECTEURS !

Je ne suis pas sûr que nous serions compris.